Ce matin quand je suis arrivée au bureau, c’était avec une hâte particulière. Alors que j’étais au rez-de-chaussée, ma collègue et amie Cynthia,  m’appelait une énième fois pour connaître ma position. Elle avait encore une histoire aussi fabuleuse que dangereuse à m’expliquer. Le week-end, elle l’avait passé à Mondoukou dans un charmant hôtel avec Cédric, son amant depuis quelques semaines. Quand je pense que son fiancé Clovis, était fou d’amour pour elle. ‘’Cédric est trop mou… des fois j’ai besoin d’un peu plus d’action et de virilité dans ma relation. C’est a ce moment que Clovis intervient »aimait elle a dire pour se donner bonne conscience, et cela en ricanant vers la fin. Toujours selon elle,  Clovis était tout sauf mou en dessous de la culotte, et même dans ses manières au moment des rapports. Il est‘’chaud et dur »disait elle avec émotion. ‘’Il me fait l’amour comme si c’était la première et la dernière fois, et après, on aime bien regarder les vidéos qu’on se fait.’’Je la mettais toujours en garde quant à sa façon de se comporter ‘’C’est dangereux ce que vous faites, imagine que quelqu’un mette la main dessus’’.A peine avait je finis de parler que j’ai remarque Cédric, plus loin qui discutait avec l’un de nos collègues. Cédric est apparu du haut de son 1m80 vêtu contrairement à son habitude d’un t-shirt et d’un jeans. J’ai sursauté quand j’ai aperçu le visage de ma copine en train de faire une fellation a un membre plutôt impressionnant.‘’Ca va les collègues du mal ? Je suis venu voir votre patron, il es la ?’’Cynthia plus que moi était ébahie. Les quelques personnes avec qui Cédric a pu s’arrêter exprès pour discuter regardaient Cynthia en chuchotant et en ricanant. Depuis la maison jusqu’à son bureau en passant par tous les gens que Cédric avait pu croiser, tout le monde y avait eu droit. Cédric était au courant de sa liaison et pour se venger, avait fait imprimer une capture de la vidéo que Clovis avait faite d’elle pendant qu’elle lui faisait une fellation. Tel un drapeau, Cédric brandissait la preuve de son infidélité depuis la sortie de sa maison. Nul doute on la reconnaissait bien. Cynthia est sortie de la boite en pleurant et n’est plus jamais revenue. Grâce à elle, nous avions été mise dans le même panier et avons été renvoyées car c’était grâce à Cédric que nous travaillions là.

                                                                                                                                                                                                                                                Amira Sako (Stg)