Abakar Ben Hassaballah Salut! Moi, c'est Ben le Big. Je fais un coucou ma trs chre amie Franoise, mon pote Issakha Abdoulaye et mes soeurs et frres. Je vous kiffe grave.        Eku Lamine Alphonse Salut tous mes amis de Marcory Anoumabo ! Je n'oublie pas mon frre Olivier.        Doumis Salut tous mes amis d'enfance d'Abengourou ! Juste leur souhaiter une bonne fin de journe de jene.        Camara Salut tous mes amis et connaissances du ct de Duekou ! Bon vendredi tous !        Gnagbo Ange Salut tous et toutes ! Juste un coucou ma maman chrie qui est Gagnoa et mes petits frres et soeurs. Que Dieu veille sur vous !        Saffo Nina Salut ! Je fais un coucou mon jumeau Saffo Armand et mon mari Sylvain Akob. Je vous aime de tout mon coeur !        AMR Je fais un gros bisou mes amies, Mmes ASSA et FOFIE Abidjan.        ABOH ARNAUD Gros bisou mon grand frre Junior, ma mre et au Tout-Puissant JESUS CHRIST LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS !        Tomnayal Elyse Salut tous les accros du Gbich plateforme. Je fais un coucou mon frre Saleh Madjadoum et mon ami Octavien, tous deux N'djamena au Tchad.        Jean Achille de Ouagadougou Je fais un gros gros bisou toute l'quipe de Go Magazine et mes collaborateurs de AS LEADERS qui sont sans cesse la recherche du leadership.        Stphane Ouga Je fais de gros gros clins Latte Danielle Barbara, mon gros bb d'amour du ct de Bitry .        Moustapha 1er Je salue tous les Burkinab qui sont Babi et maman qui est actuellement aux USA.        Chenko Coucou ma famille depuis Paris. Bisous Ori Chou et tous les autres!        Carelle Manuella Lontsi Salut! Moi c'est MANUELLA du CAMEROUN! J'envoie un gros clin toute ma famille du ct de Yaound, Douala et Mbouda. Sans oublier tous mes amis.        Andr Je salue tous mes frangins de la 69 ainsi que mes proches!        Ebenezer Guezo Je salue ma maman chrie, mes frres et soeurs qui sont au Bnin et toute la grande famille GUEZO !        AGOH SAMUEL Depuis Dakar, je salue mon grand frre adjudant SYMPLO dewore la suret au plateau.        PIERETTE LESLIE AMOROFI Salut! Je fais un coucou mon chri Maxime Amon du ct d'Anyama et toute ma famille. Je vous aime tous !        SABINE ELLIAME Slt, je fais un gros coucou toute ma famille du cot de Yopougon, mes ami(es) du CBCG treich et M YAO Bediagon Martin.        FATIM TULE Je salue tous mes frres et soeurs du cot de Koumassi, mes collgues du groupe TIEM ainsi que mon chri du cot du Burkina KL. Gros BISOUS JE VOUS KIFF GRAVE.        LYDIA ARRIKO Je fais un coucou tout le personnel de Go Magazine belle journe.        FABRICE OPOLI Salut! Spciale ddicace toute ma famille. Que DIEU vous bnisse !        ELOUAFRIN Soutien tous les tudiants ivoiriens.        thatia Bisou ma meilleure copine Tanya aux Usa. Madame B. l'originale et la seule.       
Publicité
RÉACTIONS AUX COUPS DE LA VIE
« LE COUP DE FOUDRE QUI A ANNUL MON MARIAGE »

Depuis toute jeune, mon rêve avait toujours été d'épouser un Blanc. J'avais la ferme conviction qu'un Noir ne pouvait pas me rendre heureuse. Mes prétendants, je les repoussais sans ménagement. Qu'importe les gages de séri eux qu'ils pouvaient donner. Toutes mes camarades avaient des petits copains. Moi non. Elles me traitaient de folle et de rêveuse. Mais j’y croyais ferme. Et quand j’allais sur un site de rencontre, c’était pour entrer en contact avec des hommes de race blanche. J’avais des contacts de Blancs, mais beaucoup d’entre eux ne me paraissaient pas très sérieux vu le type de relations qu’ils cherchaient à avoir avec moi. Je commençais à désespérer de ne rencontrer que des pervers quand enfin, je fis la connaissance de Roger.(...)Roger est venu, il m’a vue et m’a aimée davantage. Ma famille l’a très vite adopté. Les trois semaines qu’il avait passées avec moi à Abidjan ont été un véritable bonheur. Puis, il est retourné en France. On était en février et on avait prévu de se marier en septembre de cette année-là.(...)

« EN RALIT, JE SUIS LE FILS DE MON ONCLE ! »

Jusqu'à l'âge de 16 ans, tout se passait bien. Je vivais une vie normale, sans trop de soucis. Apprenti menuisier, mon patron trouvait que j'étais doué pour ce métier. J'arrivais même à susciter son admiration en créant des meubles au design assez original. Mes parents étaient fiers de moi. J’étais leur unique enfant, et ils m’aimaient énormément. J'avais échoué dans mes études mais j'avais trouvé ma voie. Mon père avait mis de l’argent de côté. Et comptait me le remettre dès que mon patron me libérerait, afin que j’ouvre mon propre atelier aussitôt.
Mon avenir semblait tout tracé. Mais un événement allait bouleverser ma vie. Tout est parti des confessions d’oncle Stéphane, sur son lit de mort.(...)

« MA FAMILLE EST-ELLE MAUDITE ? »

A notre âge, ce sont nos parents, rentrés au village depuis quelques années, qui s’occupent encore de nous, vous vous rendez compte ? Mon père, chaque fois qu’il passe à Abidjan pour prendre sa pension de retraité, nous en laisse pratiquement la moitié. Heureusement encore qu’il avait acheté une maison quand il était en activité, maison que nous occupons, mes soeurs, mon grand frère (aussi au chômage) et moi. Pourtant, nous étions bien partis pour avoir un avenir bien meilleur.(...)

« LAUTO-STOPPEUSE »

Pendant deux semaines, plusieurs fois, je me suis retenu de l’appeler. J’avais ma petite vie tranquille et je ne voulais pas de complication. Et c’était mieux comme ça, parce que j’étais trop attirée par cette fille. A un moment donné, j’effaçai même son numéro, pour passer à autre chose. Mais voilà qu’un samedi, vers 16 heures, je reçus son coup de fil. Elle tenait à me voir, dit-elle, pour me remercier encore. Elle voulait m’offrir un verre. Elle m’indiqua un maquis à Petit Bassam, où je devais la retrouver à 20 heures. Je promis d’y être.

« PRTE TOUT POUR AVOIR DE GROSSES FESSES »

Tout a commencé en 2005. Je revenais de vacances chez ma mère dans le sud du pays où j’avais contracté un palu aigu qui m’avait fait perdre près de 15 kilos. J’ai été élevée par ma tante parce que ma mère n’avait pas les moyens. Nous vivions à Yamoussoukro. J’ai toujours été, par la grâce de Dieu, parmi les 3 meilleurs de ma classe depuis le Cp1. J’ai toujours été en bonne santé, potelée et équilibrée, bien que décalée des filles de mon âge.(...)

« CONDAMN AU CLIBAT VIE »

Lorsque mon père est décédé, je n’avais que 7 ans. J’étais son fils unique. C’est donc son frère Miezan qui ma recueilli chez lui. L’oncle Miezan n’a pas hérité que de moi, il a aussi hérité des plantations de mon père. Personne n’y a trouvé à redire car oncle Miezan était le seul frère de papa. Quant à ma mère, elle était dans sa famille puisque mon père ne l’avait pas épousée légalement. Mon oncle, lui, était marié et avait deux enfants : François et Sylvie. Nous avons tous grandi ensemble, en parfaite harmonie. Je n’ai jamais senti que j’étais orphelin. J’allais dans les mêmes établissements que mes cousins. J’étais conscient du fait que ma mère n’avait que moi et qu’elle comptait beaucoup sur moi.(...)

« NS DAVORTEMENTS RATS, MES ENFANTS ONT RUSSI »

J’ai eu une enfance très difficile. Cependant, je n’accuse personne. J’ai été moi-même à la base de tous mes déboires. Déjà en classe de 5ème, je suis tombée enceinte. J’avais plusieurs amants. Je n’ai donc pas pu identifier l’auteur de ma grossesse. En plus, celui que j’avais désigné, n’avait pas accepté d’en assumer la responsabilité. J’ai accouché d’un garçon. Malgré la colère de mes parents, ils se sont quand même occupés de moi. C’était dur ! Mais comme si cela ne suffisait pas, quelques mois après la naissance de mon fils, je suis tombée à nouveau enceinte. Et cette fois-ci, de mon professeur d’éducation physique. Mes parents ont failli le faire emprisonner.(...)

« COMMENT DIRE MAMAN QUE SA MEILLEURE AMIE LA TROMPAIT AVEC PAPA DEPUIS 15 ANS ? »

e suis l’aînée d’une famille de 5 enfants, dont 4 filles et un garçon. Papa a toujours été un homme aimant. Très taquin aussi. Contrairement à maman qui “crie” beaucoup.(...)Ma mère avait une amie du nom de Hortense qui était presqu’une soeur pour elle. Tantie Hortense et maman étaient voisines depuis que nous étions des enfants. Tantie Hortense était mariée à un douanier qui était très gentil. Chaque fois, il avait des cadeaux à nous offrir. Son épouse brillait de mille feux. Contrairement à elle, maman était plus discrète. Seul le bonheur de sa famille lui importait. Tantie Hortense partageait tout avec elle. Leur amitié était solide.(...)

« PLUS JE CHERCHE LUI NUIRE, PLUS ELLE AVANCE ! »

Pendant longtemps, j’ai haï ma cousine, juste parce qu’elle est plus belle, intelligente et que son père était riche. Aujourd’hui, je me confesse car j’ai compris que la jalousie et la haine gratuite empoisonnent la vie de celui qui les ressent…
Le père de ma cousine Jade était ambassadeur. Sa mère et elle voyagaient beaucoup, et ce, dans plusieurs pays d’Afrique et d’Europe. N’ayant pas cet avantage, moi qui n’avais jamais pris l’avion, je ne supportais pas ma cousine. Chose curieuse, elle était ma meilleure amie. Et je profitais de ses cadeaux. Elle m’expédiais les dernières fringues et les téléphones à la mode. Cependant, au fond de moi, je les détestais elle et sa mère, e t je conspirais de sorte qu’elles soient malheureuses.(...)

« JAI TOUT MIS SUR MON FILS, CEST MA FILLE QUI FAIT MA FIERT »

Mon intention en me confiant à mon magazine préféré est d’interpeller certains parents sur l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants. En ce qui me concerne, j’ai fait une grosse erreur…
Quand j’ai épousé Mariane, j’ai souhaité de tout mon coeur que notre premier enfant soit un garçon. Je voulais un garçon qui, plus tard, sera mon héritier ; celui qui prendrait les rênes de la famille quand nous serons vieux et guidera tout le monde. Quand elle est tombée enceinte, j’ai promis de lui faire des cadeaux de valeur si elle me faisait un garçon. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. J’en parlais tellement que lorsque ma fille est née, l’atmosphère était morose. Du coup, ma femme n’a pas eu droit à tout ce que je lui avais promis.

« MON EX EST DEVENU UNE MENACE POUR MA FAMILLE »

J’étais déjà fiancée à Léon lorsque j’ai rencontré Fabrice. La famille de Léon ne m’avait toujours pas acceptée après quatre années de relation. Sa mère m’avait interdit l’accès à son domicile bien que son fils et moi soyons fiancés. C’était une femme riche qui faisait sa famille. Elle ne m’a pas caché le fait qu’elle ne m’aimait pas et qu’elle souhaitait mieux pour son fils bien-aimé.(...)Le soir où j’ai fait la connaissance de Fabrice, j’avais rendez-vous avec Léon. Il m’avait demandé de l’attendre à 21 heures dans une rue non loin de chez sa mère. J’étais très excitée car il m’avait dit qu’il avait une surprise pour moi. Je me suis installée dans le café d’à côté, les yeux braqués sur la route. Aux environs de 21h30, un homme est venu garer son véhicule devant le café. Je me suis levée en sursaut croyant qu’il s’agissait de mon fiancé. Mais j’ai vite déchanté. Je suis retournée déçue, m’asseoir. L’homme est resté assis plus d’une heure au volant de son véhicule en train de communiquer au téléphone.(...)

« JE LUI OFFRE DU GARBA, IL ENTERRE MON PRE »
Cest dans un garbadrome de luniversit que jai fait la connaissance de Gabriel. Deux jours de suite, je le voyais manger l. Ce qui a attir mon attention, cest que je trouvais sa commande trop petite. Et cela se voyait quil avait beaucoup de problmes. Jai dcid de parler avec lui. Et jai appris quil tait sans domicile fixe et quil tait tudiant. Il venait darriver de sa localit et pensait tre log automatiquement en cit. Jai inform mon pre qui a accept quon laccueille chez nous.(...)Presque tous les week-ends, il venait enseigner mes soeurs la maison. Papa lui donnait de largent parfois, alors quil tait la retraite. Je ne supportais pas cette symbiose avec ma famille. Pendant plus de deux annes, Gabriel sest impos ainsi. un jour, il ma approch afin que je sollicite papa pour quil laide travers ses relations trouver un job de vacances. Jai refus.(...)
Et si on en parlait...
2010 © GO! MEDIA, TOUS DROITS RÉSERVÉS