Démangeaison, brûlures vulvaires, rougeurs, mais aussi des pertes épaisses blanchâtres comme du lait caillé sont les mots d’ordres pour définir les symptômes d’une mycose vaginale. La mycose peut être douloureuse dès lors que la patiente se gratte vivement. Un déséquilibre vaginal est susceptible de déclencher une mycose. Si la flore vaginale est affaiblie, la barrière protectrice du vagin l’est aussi. La flore vaginale se fragilise en cas de prise d’antibiotiques par exemple, qui tuent les « bonnes bactéries », mais également lors de toilettes intimes excessives. Voilà quelques détails sur la maladie ainsi que quelques solutions naturelles qui vous feront le plus grand bien.

Qu’est-ce que c’est ?

La mycose vaginale est une infection du vagin extrêmement répandue, causée par un champignon. Elle touche également la vulve. La mycose n’est pas une infection sexuellement transmissible puisqu’une mycose se développe sans rapport sexuel. Elle n’est que très rarement contagieuse. Comment s’en débarrasser ? Le premier bon réflexe est de se rendre à la pharmacie, les experts seront à même de vous prescrire le nécessaire afin de pouvoir régler votre mal. Voici en somme quelques astuces pour pouvoir palier à ce mal

L’huile de noix de coco

Coconut oil with fresh coconut half on wooden background

Grâce à ses qualités anti-infectieuses, anti fongique et anti-inflammatoire s’avère efficace pour traiter les mycoses génitales et autre démangeaison de la vulve. Effectivement, c’est l’une des huiles végétales permettant de traiter efficacement la mycose vaginale. Appliquer la substance sur la partie concernée, mais avant cela nettoyer les parties intimes ainsi que les mains. Induire l’intérieur du vagin et la vulve. Elle a une odeur agréable et ne gêne aucunement même durant les rapports sexuels.

Le yaourt

Lactobacillus acidophilus est une bactérie présente dans le yaourt, et sera très utile également dans le traitement d’une mycose vaginale. L’utilisation de probiotique sera aussi souvent nécessaire afin d’être sur que l’infection vaginale ne réapparaisse pas. C’est aussi un excellent complément pour votre santé.

L’Ail

Dès les premiers signes, prendre une gousse d’ail, enlever la pellicule qui l’entoure, le couvrir d’une compresse et s’en servir la nuit comme d’un suppositoire vaginal. L’enlever le lendemain matin au réveil. Notez qu’un traitement d’une nuit peut suffire pour supprimer l’infection, mais on peut le continuer pendant un ou deux jours. Toutefois, ne pas forcer la dose, car l’ail peut brûler la muqueuse vaginale, surtout si la femme n’est atteinte d’aucune infection ni mycose.